Actelo - Durcissement des conditions d’octroi des prêts immobiliers

Durcissement des conditions d’octroi des prêts immobiliers

Le HCSF a décidé d’inscrire dans le marbre les nouvelles recommandations en matière d’octroi de crédits immobiliers

Actualité économique 11/16/2021 3 minutes

Le couperet vient de tomber : le HCSF (Haut conseil à la Stabilité Financière) a décidé d’inscrire dans le marbre les nouvelles recommandations en matière d’octroi de crédits immobiliers à compter de janvier 2022.

Il ne s’agit donc plus de préconisations, mais bien de normes juridiques contraignantes qu’auront à appliquer les banques auprès de leurs clients.

Principaux impactés : les investisseurs

En effet, la nouvelle norme prévoit donc l’abandon pur et simple du calcul de l’endettement en différentiel (prise en compte des loyers en déduction de la mensualité de prêt) , ce qui implique que les emprunteurs ayant déjà un prêt sur leur résidence principale se trouveront désormais souvent en difficulté pour réaliser leur 1er investissement.

Cette nouvelle règle impacte d’autant plus les investisseurs avertis qui se retrouvent avec des taux d’endettement complètement saturés, ne permettant plus l’accès à de nouvelles opérations.

Mais les conséquences sont également réelles pour les accédants à la propriété : taux d’endettement limité à 35 % , durée de prêt limitée ...

L’apport personnel demandé par les banques est en hausse et revient à un stade qui n’avait pas été constaté depuis 2010 : augmentation de l’apport d’environ 12 % constaté pour 2021 par l’Observatoire Crédit Logement

Les banques devant répondre aux recommandations du HCSF et donc à la diminution des taux d’endettement ont favorisé les dossiers avec des apports plus importants

Une forte inquiétude demeure quant à une éventuelle remontée des taux qui viendrait encore plus diminuer la capacité d’emprunt de ces mêmes ménages.

Ces restrictions, couplées à une éventuelle augmentation des taux, seraient très préjudiciables pour les primo-accédants, venant limiter l’accession à la propriété .

Des solutions restent cependant possibles et certaines stratégies se mettent en place afin de contourner ces nouvelles règles. C’est ainsi que l’on peut constater que certaines banques prennent désormais en compte les revenus fonciers à hauteur de 90 % au lieu de 70 % jusqu’à présent et que les demandes de regroupement de crédit se multiplient afin de réorganiser les prêts déjà en cours et permettent de nouvelles opérations.

Enfin, à ce jour, pas de ralentissement notable à noter du nombre des transactions.

À voir si avec ces changements prévus dès janvier 2022, l’année sera porteuse pour le secteur immobilier neuf et ancien.


« Retour à la liste des actualités

Dernières actualités

...
Actualité économique
11/23/2021

Évolutions législatives sur l'assurance emprunteur: ce qu'il faut savoir

La commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale s’est positionnée en faveur de cette proposition de loi qui sera discutée le 25 novembre 2021 à l’Assemblée nationale puis examinée au Sénat.

Lire la suite...
...
Actelo
A lire en 3 min.
...
Courtage en crédit
11/2/2021

Cas client: Jouer sur le différé pour augmenter la capacité d'emprunt

Découvrez comment augmenter la capacité d'emprunt de vos clients grâce au différé

Lire la suite...
...
Actelo
A lire en 3 min.
...
Actualité économique
6/8/2020

Covid19 : vers un durcissement des conditions d’octroi des prêts

Au sortir du confinement, l’octroi des prêts semble se durcir alors que les français y trouvent toujours une valeur refuge...

Lire la suite...
...
Actelo
A lire en 3 min.